l'union

La Montée historique à l’heure française

Publié le 07/06/2014

 Par Lucie Lefebvre

LAON (02). Pour sa 23e édition, le Circuit historique de Laon met à l’honneur, ce week-end, les sportives françaises. Au premier rang desquelles des Bugatti et des Alpine Renault.

Environ 600 voitures sont attendues demain pour le moment fort du Circuit, la parade du dimanche.

 

Promouvoir le patrimoine

Si Bugatti et Alpine Renault sont un peu plus mises en avant que les autres, c’est parce qu’elles sont emblématiques. La première, bel et bien française contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, rappelle les voitures de course d’avant-guerre. La seconde était une star des rallyes. Environ 600 participants ont annoncé leur venue, dont une forte délégation d’Anglais comme à chaque fois : ils représenteront la moitié des troupes, à bord de leurs MG, Triumph et autres TVR. Aujourd’hui, les véhicules sillonneront les routes de Thiérache ainsi que la forêt de Saint-Gobain. Le soir, rendez-vous est donné au parc Foch à Laon pour le concours d’élégance « où la passion est mise en avant, pas l’argent. On peut ainsi voir le propriétaire d’un Solex succéder à celui d’une Bugatti ou une Fiat 500 entre deux Rolls », s’amuse Jean-Louis Chêne qui invite le public à venir découvrir ce musée vivant, « qui est non seulement à ciel ouvert, mais aussi entièrement gratuit ». Demain, place à la traditionnelle parade entre ville haute et ville basse. Le départ sera donné depuis la promenade de la Couloire, vers 14 heures. Les motos anciennes de la Brêle laonnoise ouvriront le bal. Elles seront suivies par les voitures d’avant-guerre, puis les marques mises à l’honneur. Toutes les autres leur emboîteront le pas. Comme à chaque fois, il sera possible de s’installer tout au long du parcours, dans la cité médiévale pour les uns, dans la rampe d’Ardon pour les autres, ou encore en ville basse, rue Carnot par exemple. Lundi, ceux qui le souhaitent prendront la direction du Cateau-Cambrésis. « Nous visiterons le musée Matisse, après le Familistère le samedi, car le Circuit historique, c’est un rendez-vous de passionnés, mais aussi un moment où l’on s’attache à faire découvrir et à promouvoir notre patrimoine touristique et culturel », conclut Jean-Louis Chêne. Tout est calé, ne reste plus qu’une inconnue, mais de taille : la météo…

*

*

*

L'aisne nouvelle

Six cents voitures anciennes au Familistère de Guise

Publié le 07/06/2014

Par Jérôme Hemard

Le Circuit historique de Laon fait étape ce midi au Familistère rassemblant six cents véhicules anciens dont des Alpine et Bugatti.

Guise va voir défiler six cents véhicules anciens. De quoi en faire rêver plus d’un.

600 véhicules anciens sont attendus sur la place du site Familistérien vers midi pour la pause déjeuner de la journée. Tous ces véhicules de la simple 2CV à la rutilante Rolls Royce seront stationnés quelques heures, histoire à la fois de faire refroidir les moteurs, vérifier la mécanique mais surtout de profiter de l’endroit tout en déjeunant.

Pendant ce temps, la population est invitée à venir saluer les pilotes et redécouvrir toujours avec le même regard d’enfant des voitures qui marquent les tranches de vie de chacun. Il ne s’agit pas de n’importe quelles voitures présentes puisque même si cette année les organisateurs ne battent pas leur record de fréquentation des 800 véhicules totalisés en 2011 pour le vingtième anniversaire, ce rendez-vous devient le 3e rallye historique de France.

Véritable passionné du monde automobile, ancien pilote et propriétaire de voitures Italiennes, Jean-Louis Chêne, chef de file de l’Association organisatrice de la Montée historique de Laon piétine d’impatience de pouvoir offrir du plaisir tant aux pilotes qu’aux visiteurs, « ça va être un très bon moment surtout pour les étrangers qui participent et qui découvrent le département. Chacun prend le temps. Ce n’est pas une course, on s’arrête, on fait des photos, on se perd. Cela n’est possible que grâce à une dynamique de bénévoles de 150 membres. C’est un musée roulant gratuit. »

Made in France à l’honneur

Ce musée à ciel ouvert va mettre à l’honneur cette année le Made in France, comprenez les heures de gloire de l’automobile Française. Quelques Renault Alpine, fleuron des véhicules de vitesse jusqu’au début des années 80 mais aussi dans un tout autre registre, la Bugatti qui elle aussi est issue de l’hexagone.

Les deux modèles de 1935 ne devraient pas passer inaperçus d’autant qu’ils devraient trouver une place d’honneur autour de la statue Godin. Au total, six nationalités sont attendues (Français, Allemand, Néerlandais, Belge, Suisse) dont 300 Anglais qui devraient pouvoir exposer quelques belles Triumph, Jaguar ou autre Austin mini.

Ces 600 véhicules qui vont circuler tout ce long week-end sur les routes de campagne seront complétées par vingt à trente motos anciennes qui ouvriront le cortège en arrivant dans la cité des Ducs. Nul doute, que le bruit particulier des pots d’échappement de ces deux roues d’un autre temps, interpelleront le grand public à l’heure du marché hebdomadaire.

Rendez-vous pour la pause déjeuner avec ces conducteurs de la nostalgie automobile qui sont de véritable as du volant.